Bénéficier d'un accompagnement

Au sein de l'entreprise (avec contrat)

Plusieurs types d’intervenants, internes et externes à l’entreprise sont là pour vous aider à vous réintégrer et reprendre le travail. Vos collègues, les spécialistes de la prévention, le médecin-conseil de votre mutualité, les agences régionales d’aide à l’emploi : tous peuvent vous aider !

Qui accompagne la réintégration au sein de l'entreprise ?

Vous n’êtes pas seul sur le chemin de la réintégration. Plusieurs acteurs sont à votre disposition au sein de votre entreprise pour vous accompagner.

Les professionnels de la santé en entreprise

Le service pour la prévention et la protection au travail interne (SIPP) ou externe (SEPP) réunit des conseillers en prévention spécialisés. Pour les contacter, consultez les coordonnées du SIPP ou du SEPP reprises dans votre règlement de travail.

Conseiller en prévention médecin du travail

Dans le cadre d’un parcours de réintégration, il détermine si vous êtes ou non apte à revenir au travail et formule des propositions et des adaptations pour encourager votre reprise. Il peut aussi vous orienter vers un ergonome et/ou un conseiller en prévention aspect psychosociaux.

Conseiller en prévention aspects psychosociaux (CPAP)

En cas de difficultés au travail, telles que des problèmes de violence, de harcèlement, de stress, etc., vous pouvez contacter votre conseiller en prévention aspects psychosociaux.

Conseiller en prévention ergonome

Son rôle principal consiste à vous conseiller sur l’adaptation de votre environnement et de votre poste de travail. Par exemple, dans le cas de troubles musculo-squelettiques, l’ergonome identifie les difficultés avec vous et vous propose des conseils pratiques sur l’organisation de votre poste de travail, le matériel et les outils que vous utilisez, etc.

Votre employeur et vos collègues

Votre employeur, ainsi que vos collègues, jouent un rôle-clé dans le retour au travail des travailleurs, qui va au-delà de la mise en place d’une politique interne ou des plans de réintégration.

Supérieur hiérarchique et ligne hiérarchique

Votre supérieur hiérarchique vous connaît bien et il peut identifier les problèmes que vous rencontrez et les facteurs permettant de les résoudre. C’est la personne la mieux placée pour vous accompagner dans votre retour au travail.

Son rôle consiste à garder contact avec vous durant votre absence, en vous tenant informé des principaux changements intervenus dans l’entreprise et pertinents pour la reprise du travail. Il participe à la recherche de possibilités de travail adapté et à l’élaboration du plan de réintégration en concertation avec le médecin du travail et vous-même.

Enfin, il soutient l’équipe et assure la communication avec vos collègues.

Service du personnel

Le service du personnel de votre entreprise apporte un soutien important : il connaît le cadre légal et les mesures d’accompagnement nécessaires à la réinsertion.

Les organes représentatifs

Représentants syndicaux

Vos représentants syndicaux, s’il en existe dans votre entreprise, sont à votre disposition pour vous conseiller et vous orienter en cas de difficultés.

Organes de concertation sociale

Le conseil d’entreprise (CE) et le comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT), s’ils sont instaurés dans votre entreprise, jouent un rôle plus indirect dans votre réintégration. Ils sont néanmoins présents : ils suivent les absences de longue durée (CE) et la politique de réintégration (CPPT), le CPPT peut faire des propositions sur les possibilités de réintégration au sein de l’entreprise, etc.

Aides externes à l'entreprise

Si vous avez un projet de réintégration concret, pensez à contacter le médecin-conseil de votre mutualité. Il pourra vous accompagner et vous fournir des informations concrètes.

Le médecin-conseil de votre mutuelle

Le médecin-conseil de votre mutuelle pourra vous aider lors de votre parcours de réintégration. Vous avez déjà des idées concrètes, vous savez ce que vous aimeriez faire ? Pensé à un aménagement de votre poste ou reprendre une formation ? Il peut vous fournir les informations nécessaires et vous aider à compléter d’éventuels documents.

Vous aimeriez entamer un processus de réintégration, mais vous ne savez pas trop par où commencer ? Discutez-en avec le médecin-conseil. Il pourra vous orienter vers le partenaire le plus adapté. Vous pourrez examiner ensemble les possibilités offertes et choisir celle qui vous convient le mieux.

Les organismes d’aide à l’emploi

Si vous n’avez pas encore de projet, le médecin-conseil peut vous mettre en contact avec des partenaires spécialisés comme les organismes régionaux pour l’emploi (FOREM, Actiris, Bruxelles Formation, AVIQ, VDAB…). Ces organismes pourront évaluer vos compétences et examineront les options de carrière possibles (selon votre expérience, vos études, l’impact de la maladie sur votre quotidien). Ils transmettront ensuite leurs conclusions au médecin-conseil pour vous proposer le parcours de réintégration le plus adapté à votre profil. Si vous avez un handicap, les agences régionales pour la réinsertion des personnes handicapées (AVIQ, AWIPH…) peuvent également vous aider.

 

Bonnes pratiques

Certaines bonnes pratiques ont fait leurs preuves pour une réintégration réussie. Découvrez-les ci-dessous. 

Programme de prévention des maux de dos

Vous êtes en incapacité de travail suite à des douleurs lombaires dues à votre travail ? Le Fonds des maladies professionnelles (FMP) peut vous aider.

Ecole du dos

Vous pouvez bénéficier de 36 séances de rééducation lombaire organisées dans un centre agréé.

Ces soins sont complètement gratuits, car Fedris participe aux frais engagés en payant la partie non remboursée par votre mutuelle.

Contactez votre médecin du travail pour demander à en bénéficier.

Intervention ergonomique

Vous pouvez bénéficier d’une intervention ergonomique visant à favoriser votre reprise : soit une analyse de vos conditions de travail, soit une formation.

Contactez votre employeur pour demander à en bénéficier.

La prévention des risques psychosociaux (RPS)

3 travailleurs sur 10 disent quotidiennement ressentir du stress au travail. Et le stress, le burn-out, les conflits ou le harcèlement moral font partie des causes d’invalidité les plus fréquentes en Belgique. Pour tenter d’améliorer le bien-être des travailleurs, les employeurs doivent mettre en place des mesures de prévention des risques psychosociaux. (RPS)

Les RPS sont le plus souvent dus à des sources multiples :

  • l’organisation du travail (la répartition des tâches, les politiques de prévention mises en œuvre, le style de management…) 
  • le contenu du travail (les exigences du travail et ses implications au niveau émotionnel et physique) 
  • les conditions de travail (l’horaire, la rémunération, le type de contrat, horaire de nuit, horaire atypique, etc.) 
  • les conditions de vie au travail (l’environnement physique et les conditions matérielles mises à la disposition du travailleur, le bruit, l’éclairage, les outils de travail, etc.) 
  • les relations interpersonnelles au travail (les rapports du travailleur avec ses collègues, et sa hiérarchie ainsi qu’avec des clients, patients, élèves, etc.).

Consultez le site Burn-out pour en savoir davantage sur la prévention des risques psycho-sociaux et comment reconnaître les premiers signes du burn-out.

Ce site utilise des cookies pour rendre votre navigation plus agréable sur le site.